Journal Traverse - 32

image diaspora* image facebookimage twitter

Mardi 5 juin 2018

Mercredi

  • Le livre à venir, un fantôme qui respire chaud.
  • Rien n’existe en dehors de l’incompatibilité des refroidissements.
  • Aujourd’hui, je ne perdrai rien des inutiles conjectures. Les températures cessent.
  • Peut-être est-ce pour ça que je pensais à la fois au dimanche et à Hegel.
  • Il ne me reste plus qu’à m’abriter sous la torture. Là, ce sera beau.
  • Où je comprends qu’il n’y a rien de plus efficace qu’une miette qui a dérapé.
  • Dans mon chalet, je vivrai de soupe chaude et d’ours rassurants.
  • Cette question : d’où me vient cette obsession pour la soupe ?

Jeudi

  • Le livre à venir, à reconstruire : je tue l’œuf tant qu’il est encore vide.
  • Est-ce que j’ai besoin de ’m’ouvrir au printemps pour savoir compter ?
  • J’avance encore vide, mais dérouté par la cadence.
  • Les ours cuisinent ensemble des petits plats démocratiques sur le dos d’un éléphant.
  • On me dit que je suis parfois obscur. Il n’y a rien de plus évident.
  • Ça fera bientôt un mois que le journal traverse coexiste potentiellement.
  • Le temps est un plat qui se dévoue.
  • Aucun dentiste n’est aussi doué que moi pour la surdité.

Vendredi

  • Aujourd’hui je dois m’obliger à parler de mon lit pour sortir de la vis.
  • Le réveil du livre à venir : exaltation du fragment.
  • Le roman se réduit à une hypothèse : rien que des oiseaux.
  • Entre deux hypothèses, des ours.
  • Peut-être devrais-je en trouver de moins poilus ou de plus noirs.
  • Ceux que j’ai trouvés sont très petits et on les appelle des vinctes.
  • L’envers se traduit par des morsures encore plus jaunes dans le cou.
  • Il n’y a pas de quoi s’offrir une oraison avec le miel qu’ils ont laissé dans la baignoire.

Samedi

  • La sémiologie de la savonnette détermine des pensées glissantes.
  • Nous versons du terrain liquide sur quelques idées dérisoires.
  • Étrange conception de l’inévitable, gloutonnement.
  • J’aimerais savoir quels mots existent pour enchanter mon terrible livre à venir.
  • J’abuse des trébuchets dans lesquels je saute à pieds joints.
  • De nouveau, le réveil sauvage des lendemains de veille.
  • Je regrette la minute où je n’avais pas encore commis et où il me restait encore à vivre.
  • Les non-morts ont juste une vie décollée. Ils ne sont pas plus chanceux.

Dimanche

  • Si quelqu’un me souffle la désobéissance, je croirai une lettre.
  • Dieu aussi joue avec ses détritus. Mais personne ne vient lui demander des comptes.
  • Le livre à venir est une banderole qui se déploie dans ma grotte : bientôt, je ne pourrai plus en sortir.
  • Pour cette raison, je dois tout brûler et ne pas me laisser pourrir sur place.
  • Il y a deux façons de guérir : le poison et l’alarmisme.
  • En traînant les pieds dans la poussière, je me suis aperçu que d’autres étaient déjà passés par là, mais avaient effacé leurs traces.
  • Le dimanche est comme un Hegel à la campagne.

Lundi

  • La fatigue se ramasse à la pelle, mais sans la sueur d’automne.
  • La demande consiste à retrouver la première phrase de l’enchantement.
  • Comment commencer ?
  • Il s’agira dans un premier temps d’apprendre à caresser le dragon. Mais ce sera long.
  • Il ressemblera probablement à une longue guerre contre le fantôme nuit.
  • La froideur des mouvements deviendra palpable.
  • Et malgré tout, son centre de gravité absorbera mon hésitation devant l’air jaune.
  • J’apprends à compter les jours en les regardant rire.

Mardi

  • Seule le saut du géant se recroquevillera.
  • Les indices laissés par le dragon sont clairs : le souffle court.
  • Les mains dans le dos, je pars à sa recherche. Je n’ai pas préparé de casse-croûte.
  • Mais j’ai préparé de quoi m’occuper lorsque je serai séquestré.
  • Son vocabulaire se limite à l’éclatement d’une courge.
  • Il y a une agressivité que je ne franchirai pas.
  • De retour dans ma maison, je m’affale sur le carrelage en murmurant des cendres.
  • Je ne retiens de sa visite que l’élégance de son immortalité.
Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom