Journal Traverse - 30

image diaspora* image facebookimage twitter

Mardi 22 mai 2018

Mercredi

  • À partir d’aujourd’hui, j’écris la date sur la ligne du haut.
  • C’est un sérieux chamboulement, à condition de ne pas anéantir l’effort par des sauts de lignes inopportuns.
  • Le vocabulaire se tasse à partir de rien, on dirait lui-même.
  • Aujourd’hui mercredi est un jour perdu auquel la mort elle-même a renoncé.
  • Il y a loin de la fleur au fusil, au pot aux roses. Pourtant je ne suis pas dupe.
  • Le marchand débarque de son gras bateau et entre les pieds sales dans la souricière.
  • Je devrais reprendre le JdD à cause de ce truc noir au ventre qui se liquéfie.
  • Le livre à venir fera long feu.

Jeudi

  • Où l’on s’interdit de déclarer l’amer mort (sous peine d’être taxé d’affreux grammairien).
  • Une nouvelle ligne non sautée, elle n’est pas très belle.
  • J’ai grandi avec l’image de cette cafetière rouge inutile.
  • La digestion est longue, mais grisante. Le ventre ne s’en porte que mieux.
  • Le JdD doit-il aider le petit caillou creux déposé dans la méditerranée à survivre au désir de son désirant ?
  • Étrange phrase qui peut à elle seule traduire l’Enfer supposé.
  • Peut-être qu’il est là, le problème : le désir comme matériau de construction frelaté.
  • On lui souhaite d’être éternellement heureux avec ses nouveaux copains. Au moins autant que la terre tourne.

Vendredi

  • Le livre à venir, une fontaine de terre boueuse cachée derrière une feuille de papier journal.
  • Il n’y a rien qui ne saurait être plus triste qu’une vertèbre glacée penchée au-dessus d’un lac.
  • Où l’eau sera de monstres, des horreurs et terreurs qui détestent l’eau.
  • Être dans le vent n’exclut absolument pas l’impossibilité de la négation, non ?
  • L’art de l’obésité est indéfendable.
  • On raconte que les arguments sont des fables, mais la morale c’est que même le loup meurt à la fin. De vieillesse.
  • L’écriture manuscrite comme lieu entre la répulsion du corps et la fascination. Où l’écriture se réapproprie Dieu.
  • L’effondrement est magique. Il appelle à la guerre reculée.

Samedi

  • Comme se convaincre de ce qui n’existe pas encore ?
  • S’opposer à la technique comporte quelques inconvénients dont celui de l’idéalisation du mal.
  • La journée se découpe en quartiers illuminés.
  • C’est avec la peur au ventre que la technique s’offre des gourmandises.
  • Ne soyons pas dupes, le repos se termine toujours dans un bain de sang.
  • Seulement, vous ne faites pas confiance à l’énigme et vous oubliez de chanter.
  • Vous êtes froids, vous vous reconnaîtrez.
  • Sachez qu’on interroge pas le mal si on craint l’égorgement.

Dimanche

  • Le journal traverse n’affronte pas encore sa propre censure.
  • Mais sa descendance est prête, affûtée, la larme au point.
  • Une affection, un peu de poivre et quelques toussotements.
  • Où découvrir BMK renverse plus de choses qu’il n’en redresse. L’écriture ne pas pas nécessairement par le mythe.
  • La musique ne le remplacera pas, et mon corps ouvert sur le ciel non plus.
  • Réfléchis de plus en plus à ce journal sans date, sans référence directe au réel, mais bien plus en prise avec lui parce que détaché de ce qu’il est incapable de conceptualiser.
  • J’aime les phrases qui en disent long malgré moi.
  • Où l’écriture agit et raconte en dépits de. Juste laisser tomber la barre à mine et dévorer les brûlures.

Lundi

  • Le JdD fantôme résiste. Le revenir nécessaire à la création.
  • Les questions monstres s’oublient et patinent dans le vert.
  • Tous les chemins creux mènent à l’envers. Suffit d’y jeter quelques petits cailloux blancs.
  • On exulte même si on n’y croit pas. Le combat est une fausse manœuvre.
  • L’enfance comme une terreur qui médite sous vide. Hors de question de se laisser jaunir.
  • Une semoule qui ne se dit pas, tant on lui chante d’adieux : il faut croire qu’on lui en veut.
  • L’altération n’a pas de nom. C’est pour ça que personne n’en parle.
  • S’il y a bien un démon qui aime le chocolat, son outrecuidance ne sèche pas.

Mardi

  • Au fur et à mesure que je rattrape les jours, leurs tremblements s’amplifient. Mais la mémoire reste sur sa faim.
  • On devrait garder les mains sur le dos de la chaise. Il est temps de récolter les débris.
  • La saison est aux coups de pioche.
  • L’harmonie se ferme, on l’appellera Cléopâtre.
  • Les bruits et les secousses s’appliquent à serrer les nœuds.
  • Le journal traverse cherche sa propre instanciation, ou l’instanciation son propre mythe.
  • Il pénètre entier dans l’incohérence tout en restant uni : c’est ce qui le sauve.
  • S’en remettre à Dieu, c’est comme noyer un cheval : personne pour sortit le cadavre de la rivière.
Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom