Journal Traverse - 50

Mardi 9 octobre 2018

Mercredi

  • Un petit pas et encore un éboulement.
  • Des gâteaux secs dévalent des pentes neigeuses et plurielles.
  • Lorsque les mots qui terminent par une voyelle atteignent mes oreilles, la Terre cesse de tourner.
  • Le papier jaune aide à l’acculturation.
  • Mon non plus, je n’aime pas les phrases en forme de soumission générale des ventes.
  • Même si je soulève ma cagoule, on me reconnaîtra.
  • Je mange si rapidement que mon pouce s’étiole.
  • Si on compte sur ses doigts pour trouver de l’or, on ne fait que tourner autour du sujet.

Jeudi

  • Le tour du sujet, pendant un mois encore.
  • Que dire qui ne sera pas déjà dans le livre à venir ?
  • Les accents étranges traînent et s’époumonent au-dessus des lignes.
  • La prise de conscience, c’est la désertification des solitaires.
  • Les pistes se plaignent de n’avoir pas la faveur des musiciens.
  • Les cris solides entravent la capitale de la damnation.
  • Les luths s’évadent dans les armures poussiéreuses du premier degré.
  • La manière qu’ont les enchanteurs de redéfinir l’oursisme n’a aucune issue.

Vendredi

  • Nouvel achèvement, nouvelle manière d’accéder au corps.
  • Peut-être que finalement, l’autre journal va rester à a traîne, parce que la transmission se fera ailleurs.
  • Les bras nus et balancés, d’une manière à parler espagnol.
  • si l’on s’interroge sur les pierres posées là, c’est qu’elles n’ont déjà plus beaucoup de sens.
  • La plume regorge d’invectives à canaliser.
  • Le journal d’un ours, voilà pour l’adieu.
  • Où les serpents frayent avec les lumières, il y a un lieu sans hommes.
  • L’idée de ressusciter une idée tombée de là où elle était déjà tombée : le temps inverse du temps.

Samedi

  • Malgré les apparences, je ne suis pas sorcier.
  • De la culpabilité à glisser doucement son épingle dans le jeu pour en percer la poitrine.
  • La gorge et les délibérations menacées s’envolent en râlant.
  • Un vieux belge jamais content observe les continents vivants.
  • Ce qu’il faudrait viser en levant les yeux au ciel, c’est la matière à rire.
  • La peur d’être cité sur une échelle vicinale et tordue.
  • Le livre à venir se déboîte et se remboîte en traverse.
  • Au départ, il y avait une lettre de l’alphabet. Mais est-ce si important ?

Dimanche

  • Le retour au livre à venir se distille dans les possibles, mais c’est une bonne chose, car ils ont une queue et une tête.
  • Il s’agira d’en dessiner les formes quotidiennes comme se sont dessinées celles du journal traverse.
  • Les lignes auront une forme majeure et discriminante.
  • Le marque cible les rapports de géométrie auxquelles il a fallu renoncer.
  • Le dilettante ne s’ignore pas, mais vacille encore sous quelques masques.
  • Sur le mystère du livre à venir, on racontera qu’il fut mystérieux.
  • La colère subit les manipulations de l’ours, mais lui pardonne quand même.
  • Il ne sera pas dit que le livre à venir aura connu une joie sans noyau.

Lundi

  • Il manquerait juste un peu de poudre pour adoucir le bruit des bottes dans le couloir.
  • L’ours tient un sablier vert dans la main droite ; à gauche, toujours rien.
  • Une impression d’étouffement en guise de dessert.
  • Une condamnation pittoresque ne fera de mal qu’aux cuistres qui se démangent.
  • Le pavillon bat au-dessus des civières pour appeler au rassemblement.
  • Toutes les têtes amochées se retournent et tombent les unes après les autres.
  • Personne ne fait semblant de mourir, il faut pourtant de sacrés talents d’acteur pour rester mort.
  • La puissance de l’injure se mesure à l’odeur des pas.

Mardi

  • L’ordinaire se crispe entre les reins de dieu.
  • La fondation opère une lumière veine et sans ombres.
  • En plongeant d’une vingtaine d’étages, François attirera peut-être l’attention de l’ours.
  • Comment certains mots ouvrent la porte de soi vers le dehors.
  • Pour me faire patienter, on me raconte que je suis impatient.
  • La nage dans la tête, l’effondrement devra se faire une raison.
  • La couronne se porte à l’envers pour ne pas laisser de marque.
  • Le flanc de la montagne ne saigne pas.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.