Vendredi 1er novembre 2019

Le journal de création est un sacré défi. Pas pour lui-même, mais pour l’égo-réflexion qu’il impose. C’est assez étrange mais j’y pense tous les jours, à ce journal. Pourtant j’écris très peu, conséquence de mon enfoncement conséquent sous un certains nombres d’eaux parfois difficilement compatibles.

Je sors la tête de l’eau un peu depuis... aujourd’hui. Et encore. Je n’ai pas encore entamé le montage de la prochaine vidéo et pourtant... Tout est là. Tant mieux et heureusement. La culpabilité frise, mais elle ne m’atteint pas. Je sens quand même que j’ai beaucoup de choses à raconter dans ces images à venir. Patience.

De la même manière je n’ai pas (encore) exploité l’idée que m’a soufflé très fort Gwen Denieul. J’ai ai déjà parlé : raconter ma dernière journée de classe. Pour moi, prétexte à réflexion et à de nombreuses digressions (il y aura de quoi, ce jour n’aura été que le symbole d’implications bien plus vastes).

J’ai commencé à lire le journal de Thomas Mann. Il se découpe en 2 tomes (dans sa traduction française, un simple abrégé de la version allemande). Le premier s’étale de la période allant de 1918 à 1921 puis 1933 et 1939 et le second de 1940 à 1955, année de sa mort. La dernière entrée date du 29 juillet 1955. Il est mort le 12 août. Pour l’instant, j’en suis à l’année 1933. Je ne sais pas trop ce que cette lecture m’apportera (à part le factuel utile à ma thèse). Mais ça m’apportera quelque chose, c’est certains (c’est un truc qui se passe au niveau du ventre, on ne peut pas y échapper).

Projet photo un peu en berne. Comme le reste. Je viens d’investir 12 € dans un appareil photo argentique. j’en suis plutôt content. Reste à voir ce que le développement des pellicules donnera. Je reste sur du noir et blanc pour l’instant (Ilford FP4 et Ilford HP5+). Mais là c’est pareil, je sens que ça va changer beaucoup de choses. Le côté pratique de la chose c’est qu’il fonctionne avec les cailloux que je possède déjà. Et son autofocus fonctionne plutôt pas mal, même avec le Sigma 70-200 tout neuf. C’est bien suffisant. Dimanche, j’irai chercher un scanner (20€) pour numériser les négatifs à venir. Il y a de fortes chances pour qu’il devienne le support d’un second projet photo qui devrait arriver assez vite (celui des statuts, c’est du long terme. Là, j’aurai une excuse pour une série plus courte.)

Mon seul regret du moment (outre le fait que je n’arrive pas à m’organiser suffisamment...), c’est d’avoir complètement décroché des ateliers du tiers livre. Mais je crois que c’est le signe (forcé et peut-être tiré par les poils du haut) que ma formation est terminée. Il est temps que je saute. Je ne suis ni un formateur ni un bon auteur (mais on s’en fiche bien, c’est très bien comme ça aussi ; je ne dis pas ça pour qu’on vienne pleurer dans les chaumières). Il est temps que j’écrive pour moi et personne d’autre. Le plus sera difficile de graver tout ça dans la pierre pour que, même après ma mort, je reste un paradoxe (sinon personne ne le saura).

JPEG - 2.8 Mo

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.