9 - Lettre, serpent, Styx

image diaspora* image facebookimage twitter

Jeudi 20 décembre 2012

Pas plus tard qu’hier, je reçus une lettre d’Humphrey. Il implorait mon pardon, une brouille vieille de quelques heures.

Je courais encore dans une mer de brume, couverte d’une langue de soleil invisible de là où j’étais, mais un loup marin m’avait raconté ce que lui voyait des cieux.

En remontant la pente humide, je croisai quelques troncs et une miette de vent et m’arrêtai dans le creux d’une vague. Je fis un feu dans lequel je jetai quelques feuilles de laurier et respirai les cendres en fermant les yeux. Une vipère se pencha alors sur mon épaule et caressa mes oreilles du bout de la langue.

Trouvant son attitude un peu familière à mon goût, je jetai le caillou que je m’acharnais à croquer en vain dans le feu, j’attrapai fermement la langue du serpent et ramenai celui-ci devant moi en tirant violemment.
"Plus jamais ça, Humphrey ! lui hurlai-je en le regardant droit dans les yeux, tenant toujours l’appendice buccal avec force."

La langue devint insaisissable, je la lâchai. Quelques secondes plus tard, un élancement significatif dans le bras vint me rappeler qu’une morsure de serpent s’apparente à une cueillette de champignons pour un marin à la jambe de bois à cheval sur une planche, seul vestige d’un navire qui aurait sombré dans le Styx. La mâchoire d’un loup agrippait douloureusement mon bras et remplaçait celle du serpent. Ne voulant pas le contrarier, je glissai aussi imperceptiblement qu’un escargot dans une flaque d’eau bouillante vers la porte ronde s’ouvrant entre les troncs blancs des bouleaux. D’un coup je m’y faufilai, sans laisser le temps à Humphrey de me suivre. Ne m’ayant pas vu disparaître dans l’ouverture, il fut pris de stupeur et me lâcha le bras. Je le ramassai et le recousis en montant l’escalier d’écorces en colimaçon jusqu’au grenier. De là j’ouvris la fenêtre de toit et vis le loup s’éloigner, frustré.

Il est pénible, Humphrey, quand il attend Noël.

Tout ça pour dire que l’horloge ne donne plus que les heures creuses.

Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom