Dans un champs de petits pois, un canard sur le retour ?

image diaspora* image facebookimage twitter

Au fond, on a tous perdu un jour ou l’autre une miette de lunettes dans un sac à nuit. Cela me semble même aujourd’hui une évidence tant il est vrai que le trou que fait la lumière dans le nœud n’en finit jamais de boire les quelques plumes arborées qui tapissent le fond du fond des dents. Nous qui sommes terriblement verts.

Certes, la référence est un peu facile, j’en conviens. Mais comment pourriez-vous m’en vouloir, vous, immondes et mesquines petites crapules ? Mais que demander de moins à la maigre pieuvre qui se rétracte chaque jour de plus en plus, qui perd ses cheveux et qui lamentablement glisse sous les draps ?

Rien. Rien à part l’interdit héréditaire qui montre ses ongles et disparaît sous les cheminots impatients de voir la tâche de piano sortir de son poignet. Cette tâche que l’on rêve tous d’être. Un jour. Peut-être. Sous la couette.

On y revient mais rien ne veut.

Tout ça pour dire qui faudra bien se remettre un jour à compter sur les doigts.

Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom