Jour 11, les feuilles mortes se ramassent à la pelle

image diaspora* image facebookimage twitter

Fiddletone et Oldboy... Au fond, pourquoi pas. Et ça expliquerait pourquoi le capitaine avait l’air de connaître si bien ce vieux fou. Mais était-ce vraiment lui qui l’avait assassiné ? Je décidai d’aller voir Gaston, peut-être m’en apprendrait-il davantage.

- Monsieur Dassier ?
- Ah, c’est vous ! Je vous attendais.
- Vous m’attendiez ? Comment...
- Je sais que vous vous posez des tas de questions plus idiotes les unes que les autres. D’abord vous voulez savoir comment je fais pour obtenir un sol si propre sur ce bateau.
- C’est que...
- Non, non je vous dis tout. Pas de secret entre nous, je vous aime bien. D’abord prenez de l’eau de mer. Ce n’est pas trop difficile d’en trouver ici. Il faut y ajouter un zeste de vinaigre de mangue. C’est important la mangue parce que, voyez-vous, c’est là que réside l’essentiel de la douceur, qui vous empêche de vous faire mal lorsque vous tombez par terre. Mais il a aussi ce doigt de cire d’abeilles mexicaines qui...
- Bravo, mais ce n’est pas vraiment pour ça que je suis là.
- Vous voulez que je vous aide à lire quelquechose ?
- Pas loin.
- Humm... Je vois... La mise en scène entre le capitaine et moi ? Je m’en suis douté quand Humphrey est venu me voir. Effectivement vous avez raison. Le capitaine n’est pas vraiment ce qu’il paraît, vous savez. C’est un être sensible, plein de charme. Et un excellent comédien. Je l’ai recontré lors de la première de "Un Elephant dans la brume", vous connaissez ?
- Plutôt, oui...
- Après ça j’ai continué un peu dans le monde du spectacle. Le capitaine, lui avait d’autres projets. Je l’ai revu quelques années plus tard. Je n’avais plus de travail alors, il m’a embauché. Quel grand homme n’est-ce pas ?
- Mais pourquoi cette mise en scène ?
- C’est un extrait de la pièce que je vous ai cité. Nous voulions voir si nous étions toujours aussi convainquants.
- Merci beaucoup, je vais vous laisser, je dois aller vérifier le bon fonctionnent de l’apirateur à potirons. Encore une idée folle du capitaine.
- Ne parlez pas de lui comme ça malheureux !! ça reste entre nous, mais ayez un peu plus de respect la prochaine fois.
- Merci, Gaston.

Visiblement Gaston ne m’avait pas tout dit. Mais j’en savais beaucoup plus que je n’osais espérer. Gaston... Ce serait peut-être la clé du mystère. Une sombre histoire de jalousie... Je serais curieux de savoir ce qu’en pense Humphrey. Enfin, avant il y avait cette histoire d’aspirateur et le petit était occupé à débrousailler autour du mât, il faudrait attendre le lendemain.

L’aspirateur à potirons est une machine assez exeptionnelle qui permet de récolter ces gros trucs oranges qui encombrent le potager et de les conserver dans des grands sacs jusqu’à consommation. C’est le capitaine lui-même qui l’avait inventé. Je le soupçonnais d’avoir fait la même chose pour les radis et les artichauts. Il n’avait pas le temps de s’en occuper et les potirons étaient menacés par la moisissure et comme il ne mange que ça... Probablement un problème de câblage.

Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom