Journal Traverse - 41

image diaspora* image facebookimage twitter

Mardi 7 août 2018

Mercredi

  • Ce qui frappe, polit et détour le livre à venir.
  • Et puis aussi ça et encore ça, l’écriture doit s’autonomiser, arrêter de dépendre des optiques.
  • Pas perçu, immédiatement les inconséquences des retournements.
  • Où les images reprennent leur place, les tours s’affinent.
  • Où il n’est pas question d’une éternel retour, mais d’une mire en spiral. Une boule de neige.
  • Le retrait du masque dépend du sourire de la guerrière.
  • Le vol des contraires a des choses qui ne se vantent pas.
  • L’autre regard se mélange à l’autonomie du dire.

Jeudi

  • Le réveil s’offre en plus la gloire d’être hésitant.
  • La violence de l’affirmation où l’être se transforme douloureusement pour son être. Est-ce vraiment une douleur ?
  • Ce qu’on refuse de considérer, de mourir, de survivre.
  • Le livre à venir est imminent, la terre normale est crevée.
  • Un ventre chaud ne suffit pas à la concorde.
  • Est-ce qu’on sert les mêmes démons ou faut-il faire confiance à l’ours dans sa grotte ?
  • On mesure un ensemble à sa capacité à s’extraire de la masse.
  • Les demandes sont infinies, leur éclatement aussi.

Vendredi

  • Les premières soifs du matin agitent ce qu’elles peuvent.
  • Chaque temps prend les choses pour utiles.
  • L’extravagance des nuits ne se limite pas à nos lumières.
  • Il n’y a pas de raisons que tout s’auto-terre sans joie.
  • Où l’idée d’un cri de guerre ne se supporte plus.
  • Il va falloir souffler, il va falloir souffler.
  • On peut aussi mettre des gants, mais il n’y aurait aucune intuition.
  • Les frondaisons ne s’attachent à rien.

Samedi

  • Il y a ce truc en trop qui est plat.
  • Moment sec, odeur de brûlé, "attention".
  • Ne pas savoir réagir. C’est rien, personne.
  • Essuyer des visages. Ne pas avoir peur. Oublier le bruit des ceintures.
  • Récupérer ce qu’on peut, presque penser à tout.
  • Les voyeurs qu’on n’a pas vu.
  • Attente. Peur, cette fois.
  • Prendre conscience du déjà compris depuis longtemps.
  • Embrasse souffrant, beaucoup.

Dimanche

  • Je ne sais pas si la douleur s’est calmée, c’est étrange. Ça passe vite.
  • J’ai laissé ma flûte, mais pas trop de quoi s’inquiéter, je la retrouverai.
  • Je m’inquiète un peu pour mon journal traverse. Mais mon carnet suffira, en attendant.
  • Les dragons en jeu pour continuer à vivre.
  • Les liens et ce curieux message, la veille.
  • Écrire moins pour le trop de samedi ?
  • Le loup prend sa retraite, les cris de chaleur.
  • Mes livres et ma liseuse, aussi, dans la voiture.

Lundi

  • Le sanguin virevolte et sourit dans les embouteillages.
  • Le froid, le gris, le déphasé, sont enchantés.
  • Il y aurait une rengaine parce que les sons sang reviennent sans cesse.
  • On oubliera quoi, sur les toits maîtres qui se dévissent et glissent ?
  • Les planètes froides ont ce petit quelque chose qui dénote le diable.
  • Si on devait supprimer l’espace entre les morts, serait-on aussi indulgents ?
  • Les quartiers, maîtres, n’auraient pas la patience d’attendre les trous.

Mardi

  • J’aimerais savoir construire de belles phrases.
  • Je ne veux pas être une morsure de ventre et sortir.
  • Il faudrait penser moins pour empêcher les éclosions du même nom.
  • Il n’y a pas d’acharnement sans contraste.
  • La rage est une animal écorché qui ne se mérite pas.
  • L’affirmation de l’interprétation élargie.
  • Comment résister aux inconséquences de l’administration ?
  • Les indéfendables sont idiots, ce sont les maîtres.
Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom