Rat des goûts et gars des roues

image diaspora* image facebookimage twitter

Faut pas prendre les ours pour ce qu’ils ne sont pas, c’est à dire des marins d’eau douce. L’ours est un gros animal poilu qui pue sous les bras mais dont le capital laineux a davantage la superbe un vieux cramble centenaire que celle d’une pompe à essence pré-pubère en fin de carrière. Autant dire que les chemins à prendre sont aussi noueux que la perruque d’une palourde blonde. Je parle bien-entendu des entités venus de l’espace. Je me suis rendu compte que les blogs qui parlent d’extraterrestes sont bien plus fréquentés que le mien. J’avais le choix entre m’adapter à ce rite consensuel et raccoleur, ou démonter les extraterrestres. Je suis très prévisible et vous ne douterez à aucun moment de l’option que j’ai sélectionnée. N’ayant aucun alien dans ma famille direct (quoiqu’on est jamais sûr de rien, vérifiez bien que vos parents n’ont pas les pieds palmés) j’ai mené ma petite enquête auprès des compétences compétentes (en un seul mot, s’il vous plaît, bandes de gros porcs puants qui puent). Un témoin, suite à une annonce que j’avais passé dans "Le grand journal de la chasse et du génocide", un journal très sérieux pas du tout spécialisé dans les histoires d’aliens, mais comme on dit c’est toujours quand on est dans son bain qu’on devient forgeron du côté de la confiture, avait montré signe de vie (dans le cas contraire je ne pense pas qu’il eût pu nous rendre un quelconque service, cela dit). Nous nous sommes rencontrés dans le parking souterrain d’une grande surface dont je ne cacherai le nom pour ne par révéler que le créateur de cette chaîne de magasins est l’homonyme d’un autre type qui a très bien connu le général de Gaulle et qui est moins vivant qu’un cornet à bouquin unijambiste.

- Alors comme ça on se prend pour un journaliste, mon ami !
- Bonjour aussi... Je suis euh...
- Oui, je te connaîs et je ne suis pas heureux de te revoir, fripouille.

L’andouille a failli me tuer. Il s’est mis à me courir après, heureusement qu’il s’est pris les pieds dans une boîte de poisson en boîte... Visiblement, cet homme me connaissait. A posteriori, il me semblait avoir reconnu un chef de rayon d’articles de pêche. Mais une chose était certaine, c’en était un. Quoi d’autre qu’un Alien pouvait réagir ainsi en me voyant. Donc à noter que les extraterrestres sont vachement malpolis (il n’a pas dit bonjour) et super mal habillés (casquette blanche et veste bleue), et que ce sont d’excellentes raison pour les exterminer tous jusqu’au dernier.

Tout ça pour dire qu’il faudra s’attendre au pire...

Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom