42 - Armoiries, Texas, chevaux

image diaspora* image facebookimage twitter

Vendredi 2 mai 2014

Registre de sécurité.

Comme Humphrey me l’avait dit avant l’une de ses dernières morts, "évoluer ne signifie pas retarder les rituels acquis dans l’ombre des ragnablastes mais définir une exploration des armoiries locales dans un espace limité par une circulaire gastrique".

Certes, il ne devait plus être au sommet de sa mécanique sous-capillaire. Mais quand même, voilà qui méritait réflexion.

L’aspect gastrique était visiblement au centre du nœud. Un nœud dont les branches lourdes agressaient les rêves délabrés de l’ancien marin. Comme il est souvent dit que l’on pense avec son ventre, Humphrey avait décidé de mettre ce dicton en application, de montrer qu’avec une pincée de sel et quelques allumettes norvégiennes, on pouvait tout à fait combler un estomac vide et, de ce fait, sécuriser n’importe quel lieu public.

Humphrey et moi assistions à l’unième célébration de la chasse aux glaçons qui avait fait notre renommée quelques années plus tôt, lors de notre première sortie en mer, quelques semaines après notre première rencontre. Cette réunion avait lieu dans l’arrière-boutique d’un tout jeune apothicaire qu’on appelait le casseur, rapport au fait qu’il était incapable de jouer aux dés malgré les heures que nous avions passées à nous affronter au 421 dans les salles obscures et enfumées des villes empoussiérées du Texas, scrutant l’envol des chevaux.

Bien assis au fonds de nos fauteuils en toile de jute, nous écoutions palabrer l’orateur. Le problème était de savoir si oui ou non il était nécessaire de convoquer les chenilles à la prochaine réunion de concertation sur la sécurité dans les glaçonniers, ces navires géants destinés à la récupération d’eau très froide en gros cubes. Hector Berlioz, le président de la session tentait de convaincre son auditoire qu’en mer il serait fort dangereux de faire tirer les bateaux transportant les énormes blocs de glace par des mulets, mêmes super musclés.
"Chers amis, lança-t-il, fous que vous êtes, ne voyez-vous pas que l’humanité court ainsi à sa perte ? Que l’homme, tel que notre seigneur l’a toujours connu avec ses petites manies, son sac à main rempli de tubes de rouge à lèvres vides et de plaquettes de comprimés de paracétamol périmés vient de franchir le Rubicon de l’évolution ?
— Et de quel droit parlez-vous au nom de l’humanité ? lui arracha Jean-Baptiste Lully, maréchal ferrant à bord du Cachalot Punaisé.
— Vous n’avez qu’à leur vomir sur l’arrière-train."

Humphrey venait de mettre fin au débat de manière irrévocable. Médusée, l’assistance fit jaillir un silence que l’on aurait pu juger interminable jusqu’au moment où mon ami décida d’expliciter ses propos.

"C’est bien simple. Il faut voir le glaçon comme une hélice figée par le froid, l’estomac comme un principe vital. L’humanité, pour survivre, doit se nourrir. Comme toute mécanique consommant de l’énergie, d’ailleurs. Le soleil se nourrit d’hydrogène, comme le York Shire d’excréments de vieilles dames. L’homme, à la différence de la vieille dame qui ne possède pas d’estomac et ne peut donc vivre que de thé et de savoureux petits gâteaux au miel et à la vanille, vit et meurt pour et par son estomac. La sédentarisation aidant, l’homme ne consomme pas toute l’énergie qu’il fabrique. De fait, il accumule provoquant ainsi un phénomène que l’on nomme l’obésité. Mais le centre, le nœud du problème se trouve dans l’estomac, point d’équilibre du travail énergétique. En concentrant les flux gastriques de tout l’équipage du navire via un canal sur le pont du navire, il serait possible de faire tourner le glaçon sur lui-même et ainsi profiter des propriétés hélicoïdales de ce dernier."

J’étais estomaqué. L’ingéniosité d’Humphrey écrasa les prétentions d’Hector Berlioz et de Jean-Baptiste Lully qui brûlèrent sur le bûcher durant le goûter qui suivit.

Tout ça pour dire, que les lumières n’ont pas finit de germer.


Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom