31 - Poubelle, poulpe, bouillie

image diaspora* image facebookimage twitter

Samedi 29 juin 2013

Le retour d’Humphrey - Part One

Après un long et inquiétant silence, Humphrey refit surface. Ce fut d’abord quelques rires entendus au fond de la cage d’escalier, la nuit, lorsque les chats gris deviennent noirs, que les poubelles entassées au seuil des appartements semblent se renverser dans un éclat de rire. Seulement, étant cloîtré dans l’immensité des herbes folles des espaces ruraux, le retour d’Humphrey m’avait fait l’effet d’une mouche s’attaquant au stérilet de ma bonne vieille tante après un demi litre de bourbon.

Humphrey, c’était d’abord une ombre, un jet étouffé aussi discret qu’un poulpe dans une mer d’agonie. Bref, un fantôme. Je ne sais pas s’il restera ainsi toute sa mort ou si j’aurai une chance de le revoir vivant. Toujours est-il qu’il était de retour, et pas pour le meilleur.

Nous nous étions rencontrés en mer lors d’une expédition malheureuse où il nous fallut transporter plusieurs tonnes de glace vers un lieu qui échappe à ma mémoire. En vain. Pour en arriver là, nous avions dû nous engager dans la marine marchande. N’était-ce le taux d’alcoolémie passablement élevé, nous n’aurions jamais paraphé le contrat d’engagement de concert, comme deux frères siamois signant d’une main commune.

Les rumeurs de la ville me parvinrent malgré les efforts surhumains pour repousser les informations qui en provenaient hors du champ de ma conscience. À l’heure de la soumission volontaire à l’indiscrétion délibérée, pas moyen d’y échapper. Je sus qu’il s’agissait de lui dès qu’il fut question de citrouilles proches de la bouillie projetées sur les vitres des magasins de dessous féminins et des lupanars. Une marque de fabrique qu’Humphrey, en son âme et conscience, n’aurait osé nous épargner. Savait-il que je m’étais installé quelques années plus tôt dans les environs - à quelques centaines de kilomètres près, n’exagérons rien ? Visiblement oui puisque, à peine l’information avait-elle atteint mes oreilles, que le facteur me livra une boîte métallique arborant l’image d’un petit poisson argenté. Je lui préparai une réponse à ma manière.

Tout ça pour dire, qu’il faudra s’attendre au pire...


Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom