27 - Sandalette, confiture, maréchaussée

image diaspora* image facebookimage twitter

Jeudi 9 mai 2013

Sociologie du droit de vote

Pas besoin d’être fils de charpentier pour comprendre qu’aujourd’hui, les jeunes manquent foutrement de respect. Ils ont les cheveux flottants recouverts d’une fine neige qui ne fond pas, portent des sandalettes en plastique avec des chaussettes humides et de petits rochers mous et verts collés au coin de la bouche.

Les jeunes ne marchent pas. Ils sautillent dans tous les sens en renversant par terre, si possible, la confiture grossièrement tartinée sur une biscotte éparpillée entre les doigts et si possible, sur les pieds de maman qui n’en finit pas d’enfler et de rougir. Fils indignes, ils n’ont pas la force impressionnante de papa. Pour preuve, ils terminent parfois leur misérable existence sous les roues de la 307 rouge de maman que papa tentait de sortir du garage avec autant de sang que d’alcool dans les veines. Comme le répète souvent papa : "pour une fois que je suis bourré... et pis on en refera un autre, c’est pas bien grave". Mais heureusement, maman n’entend pas elle non plus car elle tenait la main du jeune au moment de l’incident, les traces de roue sur le visage justifiant à elles seules ce silence.

Lorsque l’on autopsie un jeune, ce qui est frappant alors qu’il ne joue pas au tennis, en particulier chez le mâle, c’est la dissymétrie musculaire entre le bras droit et le bras gauche. L’explication la plus probable, selon certains jeunologues réputés, viendrait de leur habitude d’exercer des mouvements de va-et-vient avec leur membre muni d’une brosse à poils durs. En effet, le jeune est joueur et aime décorer à la bombe les murs de son paisible village. Ce qui a pour effet de provoquer la foudre de la maréchaussée qui n’hésite jamais, pour l’exemple d’une morale civique irréprochable, à exiger réparation immédiate de son méfait.

Pour terminer, notons que l’espérance de vie du jeune, et c’est heureux, est courte. À quelques exceptions près, même si les récentes avancées conjuguées du chômage, de la médecine et de l’industrie du jeu vidéo qui le condamnent à la stagnation de son évolution au sein de la cellule familiale noircissent quelque peu le tableau, le jeune décline rapidement. S’il n’a pas terminé son existence sous les roues d’une voiture ou dans le fond d’un étang, les poils sous les bras, la toison pubienne et le duvet sous le nez marquent un point de non retour. L’histoire de nos ancêtres gaulois, la division euclidienne, la conjugaison du futur antérieur n’ont plus de secrets pour lui, le jeune peut enfin voter et picoler au volant.

Tout ça pour dire qu’il ne faut pas jeter la mousse avec l’eau du bain.

Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom