19 - Camembert, ministre, slip

image diaspora* image facebookimage twitter

Dimanche 14 avril 2013

Ce matin, le chien de Madame Huguette, deux chats et une boîte de camembert m’attendaient en bas de chez moi. Mes cheveux, confits d’angoisse comme une cerise roulant sensuellement entre deux noisettes de beurres gelées, se dressèrent jusqu’au lampadaire à moteur qui était sur le point de prendre ses jambes à son cou.

Quand je me réveillai, mon slip, attaché au bout de sa laisse gémissait, se tordait dans tous les sens. Le lampadaire s’était enfui et m’avait laissé étendu dans la rue avec une sale bosse sur le crâne. Personne ne s’était arrêté. Un ministre à terre aurait du attirer le regard. Mais l’homme résolument tourné vers l’avenir que j’étais bousculait les codes. Sans le turban pourpre à fleurs jaunes, on ne m’avait pas reconnu.

Il faisait toujours nuit, je n’étais probablement pas resté étendu très longtemps. Un vent froid secoua mes cheveux. Ils étaient tendus vers le ciel, mais pas totalement immobiles. Qu’importe la position de ma tête, ils reprenaient systématiquement la pose après un rapide réajustement. Mon véhicule était toujours étendu au sol, mais la roue avant, la plus grande, avait perdu l’une de ses pédales.

À ce moment, un fiacre passa. J’attendis qu’il arrive à ma hauteur pour lui faire signe de s’arrêter. Le cocher, drapé d’une cape qui lui recouvrait entièrement le corps et dont la capuche cachait la tête descendit pour m’ouvrir. C’était inhabituel, il m’avait certainement reconnu. L’hippomobile était vide. Cela me convenait très bien, je n’étais pas d’humeur à bavarder.

Le cocher ne ferma pas la porte. Il s’effondra devant moi, abandonnant une cape vide. Après m’être levé, je repoussai du pied le tissu répandu au sol comme une marre de boue. Il n’y avait plus de corps. Juste un sous-vêtement intime et un poignard finement aiguisé. Accepter un ministère, c’est se mettre en danger et mon slip venait de me sauver la vie.

Tout ça pour dire qu’il faut toujours regarder au fond de son pantalon avant de prendre le taxi.

Licence Creative Commons
De fil Mince et de Singe de Stewen Corvez est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Vos commentaires

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom