Orange


Sous l’aile verte
Du gardien froid
Grelotte le dernier train
Qui passe
Jamais aussi raide
Que l’oeuvre écarlate
Qu’il transpire et qu’il boit


S’il tourne le dos
C’est pour sourire
Aux dames
Qui le regardent saillir
Fin comme un pigeon
Et lâche comme une mouche


Le nain entre deux portes
Siffle son nom griffé
Noyé dans la fosse
Monnaie du patron


La tête pliée d’eau
Pèle les claques limées
Où râlent les tâches
Qui le ravissent

Tout ça pour pour dire qu’il faudra s’attendre aux cris...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.