Marais Ventre

Publiée le 18 octobre 2016 sur YouTube

Le moment de la couleur.
Un flottement cru, le monde qui s’écartèle devant mes fantômes.
Pas de course, moment d’inhabitude.
Je voyage avec mes morts dans une forêt de pierres sauvages
Sans les noms qui absorbent le corps porté.
La course de terreur échappe à l’attente,
À l’interminable écran de fièvres.

Et puis divers monstres dans la poussière
Chantent les masques ventrus, l’oubli de soi.
Les maisons gardiennes qui achèvent l’effacement
Sucent le sang d’encre
De la main pleine d’abîmes,
La main ridée que mes morts portent
Sur leur carapace de papier.

https://youtu.be/Xd4ZS18R9Nc

Vos commentaires

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Contact


Envoyer un message

Adresse email

scorvez@defilmince.com