Journal Traverse - 20

, par Stewen Corvez

Lundi 5 février 2018

Mercredi

  • Hier :
    • Répondre à des demandes.
    • Assumer des choix.
    • Comprendre que parfois se planter est la seule manière.
    • Et puis...
    • Témérité ? Pas encore.
    • Et puis ? Quoi à perdre ?
    • Toujours, courir après le temps.
    • Culpabilité qui grimpe, qui grimpe.
    • Et un nœud qui grossit.
    • À vue d’œil ?
    • Et le livre à venir.
    • Et quoi ?
    • Retrouver la couleur orange, au fond du nerf.
    • Ne pas perdre, ne pas laisser pendre les idées dans un filet au dessus de l’eau.
  • Aujourd’hui :
    • Angoisse de séparation.
    • Qu’est-ce que c’est ?
    • Juste ça et pas grand chose.
    • Vouloir vite se séparer.
    • Et regretter la cassure.
    • Matériellement insignifiant, symboliquement monstrueux.
    • Le livre à venir, dedans.
    • Rien d’écrit, depuis. Mais tout se construit.
    • Dedans.
    • En plein. Dedans.
    • Vouloir la prudence, et la regretter parce qu’incompatible avec sa propre avarice.
    • Mais ça ira.
    • Juste un cailloux.
    • Et retrouver, le livre à venir. C’est ça qui est important. Le plus important.
    • Toujours pas de montage. Peut-être soir.
    • Sinon, deux vidéos. Avec les compliments du chef.
    • Un appel.

Dimanche

  • Avant-avant-hier
    • Une journée à Rennes.
    • 4 heures de sommeil, trop peu.
    • À propos de société, d’entreprise, d’association.
    • Repas hésitant, mais au chaud.
    • Chez le libraire. Re-remplissage de PAL, mais c’est pour la bonne cause (mais 2 seulement, le reste étant pour la thèse. Donc, au final je m’en sors bien).
    • Chose étrange, la mémoire reste (ou est dimanche, mais je peux me représenter jeudi, exercice devenu difficile jusqu’à présent).
    • Errance.
    • En France, compliqué de trouver un 6D.
    • Ça sera de l’occasion. Mais avec les marges énormes...
    • Je ne retire pas les 800€ en liquide.
    • J’hésite, j’ai raison d’hésiter.
    • Sur place.
    • Des taches sur le viseur, de la poussière un peu partout.
    • Je ne le sens pas, mais je me demande si je ne suis pas juste un peu parano.
    • Retour.
  • Avant-hier
    • Je lui envoi en message. Il se vexe (probablement).
    • Mais j’ai eu raison.
    • Finalement, ça sera bien de l’occasion.
    • Le feeling tempère l’intellect parfois piégeux.
    • Toujours pas de livre à venir.
    • Mais au moins de la musique.
    • Mais il mûrit.
    • Et c’est tant mieux.
    • Mahler. Je radote, mais plus j’avance dans ce livre, plus je comprends à quel point il est important.
    • Je reconfirmerai mercredi.
    • De nouveaux zombies sur mer.
  • Hier
    • Les microbes avancent, le combat sera violent.
    • Il a déjà commencé.
    • Je partage ma page FB.
    • Basculement étrange. Je ne dois as oublier ce qu’il y a derrière.
    • Derrière le banal, l’a priori, il y a ce que je recherche dans le vivant, dans le portrait.
    • Le bois.
    • Épuisant.
    • Je tremble.
    • Quelques cracottes et une pomme.
    • ...et deux chocolats.
    • Je ne prends pas la route habituelle.
    • Je repasse par Lohuec. Une révolution de parking.
    • Des mauvais moments qui se dispersent.
    • Et les zombies, épisode 2.
  • Aujourd’hui
    • Le site, cette fois.
    • Je me demande si j’ai bien fait, si je ne trahis pas un idéal de l’art que je me suis fait.
    • Les réponses sont oui et non.
    • Oui, j’ai bien fait.
    • Non, je ne trahis pas.
    • Pourquoi ?
    • Mon rapport à l’autre, à l’homme mythique est en jeu dans le portrait, dans la photo.
    • Depuis que je photographie des humains, je comprends à quelle point elle est musicale est textuelle.
    • Là où j’ai eu tort, c’était de croire que je pouvais dissocier.
    • Maintenant, c’est si évident.
    • Où je comprends ce qui me terrifie dans le regard : l’autre se révèle dans sa mortalité. Mais aussi dans sa complexité, son éternité. Sujet immortel.

Lundi

  • Aujourd’hui
    • Fin de grippe.
    • Direction Académique.
    • Je dois avoir de la chance, depuis le début tombe que sur des gens très très bien.
    • Pas de photos.
    • Pas de musique.
    • Pas d’écriture.
    • Je rage.
    • Je boue.
    • Peut-être écriture, si.
    • Le journal et... le livre à venir !
    • Et curieusement, il y a l’autre livre à venir qui se construit, ailleurs.
    • L’autre récit naissant.
    • Le premier livre à venir n’est qu’un prétexte au suivant.
    • Comment passer du premier au troisième directement ? En sabotant le second ?
    • Aujourd’hui, une demande encore bizarre. Je me retiens de raccrocher au nez.
    • C’est le risque. Faudra bien que je m’y fasse.
    • Mais je comprends de mieux en mieux que ce n’est qu’une transition, un moyen.
    • Ce que n’aura pas été l’enseignement.
    • Un compromis, mais pas tant que ça.
    • L’intrusion dans le culturel intime peut parler, doit parler.
    • Seconde Vue, exposée.
    • Je vais attendre la dixième...
    • Encore un électrochoc en lisant "Mahler".